Marguerite de Parme (1522-1586)

Regente des Pays-Bas

 

Marguerite de Parme à travers la lentille du photographe Vanfleteren

 

En 1521 Charles Quint résidait à Audenarde tandis qu’il assiégeait la ville de Tournai. L’audenardiste Mathijs de Casteleyn a écrit un poème Baladen van Doornijcke à ce propos. Charles Quint logeait dans le château bourbon à Audenarde. Son hôte était Charles de Lalaing, souzerain d’Audenarde. Une fille de chambre de Lalaing, Johanna van der Gheynst, a attiré l’attention de Charles Quint durant l’une des fêtes.


Neuf mois plus tard Johanna a accouché à Pamele d’une fille : Marguerite. Après sept ans Charles Quint a reconnu sa fille naturelle et il l’a mariée deux fois à une famille du pape. Elle a reçu le nom ‘Marguerite de Parme’ à cause de son deuxième mariage avec le comte de Parme, Ottavio Farnese.

Elle était durant toute se vie un pion dans le jeu géographique de son père.


Marguerite était envoyée durant les conflits religieux aux Pays-Bas (1559-1567) comme régence ; elle y était un type de mécène. Fatiguée, elle est retournée en Italie pour s’occuper de son fils.

Son fils Alexandre devait regagner les Pays-Bas. Marguerite, désespérée, est décédée après une lutte dramatique.

 

 

Apogée de l’industrie des tapisseries au 16ième siècle

Au 16ième siècle la production audenardaise des tapisseries a connu son vrai apogée. Les oeuvres de cette période, produites en grandes quantités, étaient de très haute qualité et présentaient une très grande variété. Les tapisseries conservées les plus anciennes datent de la première moitié du 16ième siècle.

 

« Alexandre devant le grand prêtre »

 

« Alexandre devant le grand prêtre » est faite pendant 1580-1590 et fait partie d’une série de trois tapisseries qui racontent la vie de Alexandre le Grand.

 

 

© MOU Museum Oudenaarde en de Vlaamse Ardennen - design Digital Cordon Bleu