L’histoire de la ville

 

Dans le MOU vous voyez le lien fort entre la ville d’Audenarde et l’Escaut qui était capitale pour la naissance et le développement de la ville. Vous suivez un parcours sinueux comme l’Escaut serpentait à l’époque dans la ville d’Audenarde. Peu à peu vous découvrez la transformation de la ville. D’une petite entreprise le long de l’Escaut à un centre des tapisseries de renom international. D’une ville fortifiée qui attire l’attention des souverains européens à une ville mystérieuse à la fin de la Première Guerre mondiale. D’une ville industrielle émergente à la fin du 19ième siècle à une ville moderne, où les bras de l’Escaut sont comblés et les autoroutes remplacent les rivières.

.......................................................................................................................................................

 

Jean II de Pamele, seigneur d’Audenarde
(1352-1378)

 

Jean II de Pamele à travers la lentille du photographe Vanfleteren

 

La vie de Jean II de Pamele est très bien documenté grâce aux comptes de ses dépenses privées qui ont été conservés dans les archives communales de la ville de Gand. L’analyse de ces comptes éclaire parfaitement quelques facettes de la façon de vivre et du niveau de vie de cette personne noble au 14ième siècle. De l’analyse nous pouvons conclure que Jean était riche et qu’il vivait en luxe.


Les impôts, les loyers et les moulins, surtout le moulin de Pamele, l’ont apporté de l’argent, mais un 60% de ses revenus venait du péage. Grâce à la vente des territoires, ainsi que les amandes qui vont avec, il a également gagné de l’argent.

 

L’analyse nous dit également que Jean II de Pamele a investi beaucoup d’argent dans la chevalerie. Il a participé de multiples fois à des tournois de chevaliers. En plus il voulait acheter des chevaux.


Le sport favori de la noblesse était la chasse. Jean avait différents fauconniers qu’il payait. Les comptes révèlent aussi qu’il a dépensé beaucoup d’argent durant ses voyages, entre autres pour parier. Finalement il a consacré des sommes folles à ses vêtements. Dans le domaine social, il faisait énormément d’aumône.


A cause des dépenses énormes pour son château, le château de Pamele, on sait qu’on l’a restauré. Jean n’a pas pu admirer longtemps son château restauré car il est décédé quelque temps après la fin des travaux en 1378.

 

© MOU Museum Oudenaarde en de Vlaamse Ardennen - design Digital Cordon Bleu